Arthrose arthrite ostéoporose : prévenir pour mieux soigner

Mise à jour le 13/04/2017, par Cédric - AFLAR

imprimer l'article

Le magazine rappelle que l’os est "un organe vivant" et explique que "les rhumatismes concernent les maladies des articulations, des os, des tendons et des muscles". Assez de cibles pour provoquer bien des tracas : arthrose, lumbago, tendinite, ostéoporose, arthrites et tant d’autres formes.


On compte beaucoup de progrès grâce aux dépistages par scanner, IRM et échographie aux indications codifiées et qui permettent des diagnostics précoces tandis que de nouvelles molécules redonnent au patient une vie normale. On ne voit quasiment plus de déformations sévères causées par la polyarthrite et la destruction osseuse de l’ostéoporose peut enfin être stoppée
Coté santé se penche notamment sur l’arthrose, qui "se définit comme une usure, une disparition à la longue du cartilage. Le professeur Bernard Cortet, rhumatologue au CHU de Lille et secrétaire général du GRIO (Groupe de Recherche et d’Information sur les Ostéoporoses), précise "qu’on ne décrit plus l’arthrose comme une seule maladie du vieillissement, même si elle surgit souvent vers la soixantaine. Des désordres architecturaux, malformation du bassin, au niveau de la hanche par exemple ou encore un angle du col du fémur (os de la cuisse) trop fermé peuvent entraîner une arthrose."

Le magazine évoque des causes multifactorielles : la génétique, le surpoids, les mauvaises postures, les séquelles d’accidents. Le symptôme majeur est la douleur.

  • Les antalgiques, notamment le paracétamol, calment les douleurs modérées.
  • Les Anti-Inflammatoires Non Stéroïdiens (AINS) agissent sur l’inflammation.
  • Les médicaments anti-arthrosiques de fond limitent les symptômes.
  • Vitamines, minéraux, huiles de poissons sauvages (oméga 3), plantes, ortie, améliorent le confort articulaire.
  • La kinésithérapie, l’ostéopathie luttent contre les raideurs.
  • Les infiltrations de corticoïdes doivent être prescrites par le rhumatologue lorsque les poussées arthrosiques résistent à tout.

Le mensuel souligne en outre qu’en 2009, une vaste étude "Thermarthrose" a démontré l’efficacité de la cure thermale dans le traitement de l’arthrose.

Coté Santé évoque aussi l’arthrite qui est une inflammation de l’articulation. Un germe infiltré dans l’articulation peut en être l’origine mais pas toujours. Le germe détruit le cartilage et l’articulation devient raide, déformée. Posé à temps, le diagnostic et les signes de douleur, chaleur, rougeur, tuméfaction permettront d’éliminer le microbe au moyen d’antibiotiques ciblés.

Le magazine précise que l’arthrite la plus répandue, la polyarthrite rhumatoïde atteint plusieurs articulations, les mains, les poignets, les genoux, les pieds, qui sans traitements vont se déformer en quelques années. Elle est à partir de la quarantaine 4 fois plus fréquente chez la femme. Ici l’inflammation n’est pas due à un germe. La polyarthrite est appelée « auto-immune » parce qu’elle s’attaque à notre propre immunité .On enraye aujourd’hui le cours évolutif de la polyarthrite rhumatoïde. Les Anti-Inflammatoires Non-Stéroïdiens, ou stéroïdiens (à la cortisone) stoppent crise et douleur. On dispose encore de traitements tels que le méthotrexate à action lente. Les effets secondaires pouvant affecter les reins, le foie, les globules blancs et rouges, la surveillance par un bilan sanguin régulier est nécessaire. La tolérance du médicament est considérée tout à fait satisfaisante. Cependant, des effets secondaires comme la persistance d’un état nauséeux et une grande fatigue chez certaines personnes provoquent l’abandon du traitement , continue le mensuel. Le magazine ajoute que « lorsque les précédents traitements ne suffisent pas, les biothérapies qui sont des anticorps monoclonaux, permettent de véritables rémissions. Les plus fréquemment prescrites sont les « anti-TNF » pour « Tumor Necrosis Factor », par voie sous-cutanée ou intraveineuse.

Documentation exclusive AFLAR - Réservée aux abonnés

Vous pourrez découvrir ci-contre une documentation spécifique et exclusivement réservé aux membres de l’AFLAR

Identifiez-vous (ci-contre) ou abonnez-vous pour avoir accès à cette partie !