Mise à jour le 7/04/2015, par Cédric - AFLAR

imprimer l'article

31 mars

Brest accueille les États Généraux de l’Arthrose

photo de l'actualité

L’Alliance Nationale Contre l’Arthrose organise la 7e table ronde des États Généraux de l’Arthrose à Brest le Vendredi 3 avril 2015.

L’arthrose est une maladie fréquente en France avec 10 millions de personnes affectées et constitue la première cause d’incapacité fonctionnelle pour les personnes de plus de 40 ans. Les spécialistes régionaux (rhumatologues, médecins généralistes, praticiens de médecine physiques et réadaptation, chirurgiens orthopédistes, masseurs-kinésithérapeutes, thermalistes...) échangeront avec des personnes souffrant d’arthrose.
A l’issue de cette journée d’échanges et de débats, des constats communs et des propositions d’amélioration de la prise en charge devraient émerger. En point d’orgue à cette journée d’échanges, une conférence d’information, ouverte à tous, sera organisée pour aider le grand public à mieux connaître l’arthrose et sa prise en charge. « En pratique, table ronde sur l’arthrose le vendredi 3 avril « Chirurgie et prothèses » de 09h00 à 16h00 iniquement sur inscription.

Suivi d’une Conférence d’information pour le grand public de 17h00 à 18h30 à la Faculté de Médecine - Amphi II, 22 avenue Camille Desmoulins – 29 200 Brest »


Interview du Pr Olivier Remy-Neris, Médecin Physique et Réadaptation, CHU de Brest

A quel moment le médecin rééducateur intervient-il dans le parcours de soin du malade ?
Le médecin physique intervient avant et après la chirurgie principalement chez les patients complexes. Il intervient et coordonne les soins physiques chez un patient arthrosique en l’absence d’indications chirurgicale et il intervient de la même façon juste avant la chirurgie pour préparer le patient afin que ses séquelles soient moins lourdes et son retour plus facile à domicile. Enfin il coordonne les soins après la chirurgie pour limiter les séquelles et améliorer la participation sociale à long terme.

Dans quels cas la chirurgie est envisagée pour un patient arthrosique ?
L’essentiel de l’indication de la chirurgie est la douleur. Lorsque le patient ne la tolère plus et que l’arthrose est avancée, alors il est légitime de l’opérer quand la chirurgie est possible. Certaines localisations de l’arthrose s’opèrent plus difficilement (le dos par exemple).

Quelle est la particularité de la ville de Brest concernant l’arthrose ?
Brest est caractérisé par son centre hospitalier universitaire qui assure une qualité de formation et de pratique pour la prise en charge à toutes les phases de l’arthrose tant dans les établissements publics que privés. Ceux-ci y trouvent les praticiens de qualité qui peuvent développer leur prise en charge. L’environnement de rééducation est dense et bien organisé avec des filières de prise en charge bien identifiées et performantes.

Chaque journée, appelée « table ronde régionale » regroupera chacune 30 à 40 participants, tous directement impliqués dans la prise en charge de l’arthrose.

Pour consolider les constats partagés et les propositions d’améliorations évoqués au cours du Panel Citoyen, 5 thèmes de discussion ont été identifiés et seront traités à deux reprises dans deux villes différentes (ainsi 2 tables rondes régionales aborderont le même thème) :

  • Optimisation du parcours de soins hors chirurgie.
  • Vie quotidienne
  • Prise en charge de la douleur
  • Chirurgies et prothèses
  • Prévention et réduction des inégalités sociales de santé

La synthèse des travaux des tables rondes régionales sera restituée le 14 octobre 2015 à Paris, lors d’un colloque national, dans le cadre de la Journée mondiale contre les rhumatismes.