Journée des Activités Physiques Adaptées

Mise à jour le 16/04/2019, par Christelle - AFLAR

imprimer l'article

Journée des Activités Physique Adaptée

Le Jeudi 11 Avril 2019 de 09h00 à 20h30
700 Av du Pie St Loup,
34090 Montpellier

Matinée : UFR STAPS Montpellier - Amphithéâtre P1
Après-Midi : Veyrassi - Palais Universitaire des Sports

thème de cette journée :

"Comment penser autrement l’adhésion du malade chronique à l’APA ?"

photo de l'article

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l’inactivité physique, caractérisée par un niveau d’Activité Physique (AP) insuffisant (soit moins de 150 minutes d’AP d’intensité modérée par semaine), est considérée comme le principal facteur de morbidité évitable dans le monde. Elle est reconnue comme un facteur déclenchant ou aggravant de nombreuses pathologies chroniques comme le diabète, les maladies respiratoires ou cardiovasculaires, les cancers… En France, ces affections de longue durée (ALD) et évolutives concernent près de 20 % de la population, et sont présentes chez 15% des jeunes entre 16 et 24 ans, et chez 75% des personnes de plus de 85 ans (Haute Autorité de Santé).

Il existe aujourd’hui un consensus scientifique, en France et à l’international, sur les effets bénéfiques de l’AP sur la prise en charge de patients atteints de pathologies chroniques. Concernant la prévention secondaire et tertiaire, pour un certain nombre de pathologies (notamment les cancers du sein et du colon, le diabète de type 2, les maladies cardiovasculaires) l’AP constitue une thérapeutique non médicamenteuse scientifiquement reconnue (OMS, Institut National de la Santé Et de la Recherche Médicale, Académie de médecine, HAS).

Malgré la confirmation de ces effets positifs, et l’importance des messages de prévention portant sur le sport-santé, force est de constater que celui-ci est encore trop peu présent dans les parcours de soins et de vie des malades chroniques, invitant ainsi les pouvoirs publics à renforcer récemment leur action en ce domaine.