L’arthrose

Ou la maladie des cartilages usés

Mise à jour le 24/10/2016, par Cédric - AFLAR

imprimer l'article

L’arthrose touche 10 millions de personnes en France (17% de la population). Il s’agit de la première cause d’incapacité fonctionnelle pour les personnes de plus de 40 ans.


Population :

En France l’arthrose affecte entre 9 et 10 millions de personnes (soit 17 % de la population) et touche toutes les tranches d’âge.

Diagnostic :

Dans 95 % des cas, un bilan radiographique suffit au diagnostic. On y retrouve le pincement articulaire, l’ostéo-condensation, les ostéophytes et les géodes.
A noter que l’échographie est plus sensible pour le dépistage des ostéophytes des doigts.

Symptômes :

Les deux maîtres symptômes sont la douleur et la raideur. Il s’agit d’une douleur le plus souvent mécanique, cédant au repos, sauf en cas de poussées inflammatoires.

Causes :

L’arthrose résulte d’un déséquilibre entre la fabrication du cartilage et sa destruction.

Il existe deux types d’arthrose :

  • Les arthroses primitives : maladie initiale du cartilage à caractère héréditaire (ex : arthrose des doigts) ;
  • Les arthroses secondaires : dues à des mauvaises conditions mécaniques (déformations, surpoids) favorisant une dégradation du cartilage et une usure prématurée.

Évolution et prévention

L’arthrose est douloureuse quand elle est évolutive. Elle évolue par poussées plus ou moins rapprochées, de façon plus ou moins destructrice.

Certains facteurs de risques peuvent être évités indépendamment des facteurs traumatiques : obésité (pour la gonarthrose), tabagisme, mauvaises postures ou gestuelles, absence d’activité physique régulière, anomalies statiques.

Moyens thérapeutiques

  • Les antalgiques, les AINS, les infiltrations de dérivés cortisoniques font partie de la stratégie de lutte contre la poussée inflammatoire et donc la destruction.
  • Les anti-arthrosiques d’action lente (AASAL), les visco-supplémentations lubrifiant l’articulation et nourrissant le cartilage, l’exercice adapté, la kinésithérapie, les orthèses et la médecine thermale améliorent la fonctionnalité.
  • La chirurgie préventive des déformations ou curative (lavage articulaire ou pose de prothèses), désormais bien codifiée.

Perspectives d’avenir

Biomédicaments, Ranelate de strontium, Lubricine, visco-supplémentation du futur, reconstitution de l’articulation avec des biomatériaux et greffes de cellules souches sont des solutions à l’étude. Les essais de thérapie cellulaire sur l’animal semblent prometteurs, mais les essais sur l’homme n’en sont encore qu’à un stade très préliminaire.

Documentation exclusive AFLAR - Réservée aux abonnés

Vous pourrez découvrir ci-contre une documentation spécifique et exclusivement réservé aux membres de l’AFLAR

Identifiez-vous (ci-contre) ou abonnez-vous pour avoir accès à cette partie !