"Le voleur d’os" : Première application grand public

Mise à jour le 24/10/2016, par Admin - AFLAR et Cédric - AFLAR

imprimer l'article

Faire naître une prise de conscience et mettre en place de bonnes habitudes de vie : tel est l’objectif du « voleur d’os », application unique en France car ciblée grand public et médecins.
Réalisée en partenariat avec l’AFLAR1, le GRIO2 et avec le soutien institutionnel de Yoplait, le but de cette application est d’améliorer l’image et la prise en charge de l’ostéoporose, une maladie silencieuse qui concerne près de 3 millions de personnes en France.


"Le voleur d’os" : Première application grand public

« Jusqu’alors, il y avait un manque d’informations sur cette pathologie, regrette le Dr Laurent Grange, rhumatologue au CHU de Grenoble et président de l’AFLAR. Devant le peu de reconnaissance de cette maladie, l’on observait beaucoup de désarroi et de stress chez les patients. Nous avons commencé par élaborer un quizz sur support papier, puis avons pris l’initiative de le proposer sur une application dédiée ». Baptisée « Voleur d’os » en référence à la perte osseuse occasionnée par la maladie, cette application donne la possibilité au patient de faire son propre diagnostic.

Un quiz pour établir son diagnostic :

Téléchargeable sous iOS et Android, cette application gratuite décline plusieurs rubriques. La première concerne la pathologie (définition, traitement, réflexes à acquérir ainsi que les soins médicamenteux) ; une seconde rubrique détaille les facteurs de risque via un quizz développé par le comité scientifique du GRIO, en partenariat avec l’AFLAR. Y sont posées des questions relatives à l’identité physique (sexe, âge, poids), aux antécédents familiaux, à la consommation de tabac ainsi que les traitements susceptibles d’influencer la survenue de l’ostéoporose. « Le patient en communique les résultats à son médecin qui fera les recommandations nécessaires, notamment en termes d’alimentation et pourra lui prescrire une densitométrie osseuse afin de déceler les risques de fracture. L’application joue ainsi un rôle de prévention et de l’information, poursuit Emilien Rouy, responsable Affaires nutrition santé Yoplait. Et ce d’autant que le pourcentage de cas détectés avant la première fracture due à l’ostéoporose est relativement faible. » Une troisième rubrique, intitulée « Les voleurs d’os » énumère une liste de conseils pour limiter les risques de fracture : « activité physique pour garder une tonicité musculaire, choix d’une alimentation riche en calcium et vitamine D, exemples de recettes, exposition au soleil… », révèle Laurent Grange. II est possible de paramétrer des notifications relatives à la consommation de calcium, à la durée hebdomadaire d’activité physique grâce à une fonction « rappel » proposée par l’application..