Les Spondyloarthrites

Mise à jour le 12/03/2015, par Cédric - AFLAR

imprimer l'article

Les SpA sont des maladies chroniques inflammatoires de la zone d’attache des tendons et ligaments sur l’os. Elles touchent hommes et femmes de toutes tranches d’âge, nécessitent un diagnostic précoce et une prise en charge par un rhumatologue et d’autres professionnels de santé. Relaxation, activité physique modérée et sous surveillance médicale sont recommandées. L’éducation thérapeutique du patient participe à une meilleure gestion de la maladie.


Epidémiologie

Il s’agit de rhumatismes inflammatoires chroniques, touchant principalement la colonne vertébrale et les articulations sacro-iliaques du bassin et parfois les articulations périphériques, et ce, en général, de manière asymétrique.
Elles regroupent plusieurs maladies ayant en commun l’inflammation de l’enthèse (zone d’attache des tendons et ligaments sur l’os).
Les spondyloarthrites comprennent la spondylarthrite ankylosante (SA), le rhumatisme psoriasique, les rhumatismes associés aux maladies inflammatoires de l’intestin, les arthrites réactionnelles et les spondyloarthrites indifférenciées.

Origine

Si les causes de SpA ne sont pas encore connus, on sait cependant qu’il existe une prédisposition génétique à la maladie, liée à la présence d’antigènes, dont le HLAB27, notamment dans la SA.
Les groupes HLAB27 (Human Leucocyte Antigen) sont des protéines à la surface des globules blancs qui caractérisent un individu.
D’autres gènes en cours de recherche interviennent également.

Terminologie

Le terminologie de ces maladies a été remaniée récemment pour pouvoir parler de la même chose avec notamment, les anglo-saxons.
Terminologie permettant de décrire la maladie d’un patient atteint de spondyloarthrite.

Diagnostic

Le diagnostic est souvent tardif (parfois plusieurs années) en raison notamment de l’apparition tardive des lésions radiographiques. Cependant, la prise en compte d’un ensemble de critères permet de diagnostiquer plus rapidement la maladie.
Critères cliniques : manifestations rachidiennes, articulations ou extra-articulaire.
Critères biologiques : présence du gène HLAB27 observé chez 60 à 90% des malades dans la SA.
Critères radiologiques : améliorés par l’IRM des sacro-iliaques et/ou du rachis. L’intérêt d’un diagnostic précoce est de débuter, avec un rhumatologue, une prise en charge thérapeutique adaptée à la sévérité de la maladie, pour prévenir l’évolution vers l’ankylose handicapante.

Symptômes

Des manifestations rhumatologiques : les spondyloarthrites sont responsables le plus souvent de douleurs de la colonne vertébrale (forme dite axiale). Plus fréquentes la nuit, elles sont associées à une raideur matinale. Les douleurs peuvent aussi toucher les talons, le bassin et le thorax. Les formes dites "périphériques" des spondyloarthrites touchent, quant à elles, une ou plusieurs articulations périphériques.

Manifestations extra-rhumatologiques

Outre la fatigue, très fréquente dans les SpA, d’autres atteintes sont également observées, dont l’uvéite (inflammation de l’oeil), le psoriasis ou encore l’inflammation des muqueuses digestives, avec souvent des troubles du transit à type de diarrhées.

Evolution et prévention :

L’évolution des SpA est lente et surtout très variable d’une personne à l’autre. Elle s’exprime par des poussées inflammatoires, lesquelles entraînent des douleurs, une
asthénie, parfois des gonflements articulaires et de la fièvre. Ces poussées peuvent être suivies de périodes de « rémission » plus ou moins longues.

Moyens thérapeutiques :

Le rhumatologue coordonne la prise en charge des SpA, en général de manière multidisciplinaire avec notamment le médecin traitant. L’objectif de la prise en charge est d’améliorer la qualité de vie, de contrôler les symptômes et l’inflammation, de prévenir les dommages structuraux, en particulier dans les atteintes périphériques, de préserver ou restaurer les capacités fonctionnelles, l’autonomie et la participation sociale des patients atteints de spondyloarthrite.
> Les AINS (Anti Inflammatoires Non Stéroïdiens) sont
le traitement de référence de cette maladie pour les
formes axiales pures.
> Le Méthotrexate, la Sulfasalazine (salazopyrine) ou le leflunomide (ARAVA) que l’on appelle aussi DMARDs, sont des traitements de fond, efficaces pour les formes
périphériques.
> Les corticoïdes, utilisés à bon escient, sont parfois nécessaires dans certaines formes périphériques, notamment par des injections locales sur les sites symptomatiques (arthrite et enthésite notamment).
> Les anti-TNF alpha* (biothérapies) sont réservés aux formes persistantes inflammatoires ayant résisté aux AINS pour les formes axiales et les traitements de fond, type DMARDs pour les formes périphériques.
> La rééducation : au-delà de la kinésithérapie, l’instauration de postures et d’exercices au quotidien (30’ par jour) sont nécessaires. Les exercices à domicile, en particulier les autoprogrammes, sont efficaces, mais le traitement physique avec exercices supervisés, notamment avec balnéothérapie, individuellement ou
en groupe, est à privilégier car plus efficace en cas de manifestations axiales.
> L’éducation thérapeutique du patient fait aussi partie de la prise en charge de ces maladies

* D’autres biothérapies seront probablement à notre disposition dans les années à venir.

Perspective d’avenir :

Ces maladies restent généralement bénignes, caractérisées par des douleurs et une certaine limitation des mouvements ; mais dans sa forme sévère, le danger
principal est l’ankylose pour les formes axiales. La prévention de l’évolution vers l’ankylose est d’éviter les attitudes vicieuses prises pour diminuer la douleur en
limitant la poussée par les AINS, et de réaliser des séances de postures quotidiennes, en périodes non inflammatoires.
De nombreuses articulations de la cage thoracique peuvent être touchées dans les formes axiales responsables de douleurs et parfois d’une diminution de la capacité respiratoire avec un essoufflement. Dans ce cas, la kinésithérapie respiratoire est importante pour éviter l’insuffisance respiratoire.

Documentation exclusive AFLAR - Réservée aux abonnés

Vous pourrez découvrir ci-contre une documentation spécifique et exclusivement réservé aux membres de l’AFLAR

Identifiez-vous (ci-contre) ou abonnez-vous pour avoir accès à cette partie !