Lise G.

Atteinte de polyarthrose généralisée

Mise à jour le 25/03/2015, par Lysianne - AFLAR

imprimer l'article

Photo de la personne qui témoigne

Lise G. (62 ans)

Atteinte de polyarthrose généralisée

Arthrose généralisée

Je vis mon arthrose un peu comme une fatalité peut-être.
Ma grand-mère se plaignait déjà de ces douleurs et marchait difficilement dès la soixantaine, c’est un handicap, certainement, et ce, dans beaucoup de domaines.
En gros, on peut noter une réduction de toutes les activités, par exemple, on réduit la durée d’une randonnée (du mal à dépasser 3 ou 4h de marche et un dénivelé de 500m par jour, c’est un maximum déjà pas évident...)

Le jardinage se fait plus lentement et moins souvent.
Je varie régulièrement mes positions et mes appuis sinon les douleurs se déclenchent rapidement. Je n’ai pas refait de ski de fond depuis 3 ans bientôt, mais je nage davantage et le plus souvent possible.
Je dois bien admettre et j’en suis consciente que je ne ferais jamais de deltaplane, ni d’équitation, ni de karaté...

Curieusement les conséquences de l’arthrose sont plutôt positives.
Je passe plus de temps à faire tranquillement des collages, de la couture simple, ou lire, tout simplement. Apprendre aussi à déléguer plus souvent, confier le sac des courses ou autre, à qui porte mieux que moi. C’est un genre de lâcher-prise ma foi, pas désagréable d’ailleurs, moi qui n’arrêtais jamais avant....
Je fais toujours un peu de vélo, j’ai repris le scrabble, l’esperanto, la peinture et j’utilise l’ordinateur.
Et puis, j’ai renoncé à des activités nécessaires, mais pas vitales, comme les vitres et le repassage entre autre. Si je ne peux pas faire autrement, je reprendrais une aide-ménagère dont je me passe en ce moment, puisque j’ai la chance de vivre avec un homme qui participe bien volontiers aux travaux ménagers.

Sexuellement, l’arthrose fait renoncer à certaines positions physiquement incommodes.

Cette maladie coûte relativement cher puisque ce n’est pas remboursé. Entre les bains chauds que je prends quotidiennement, les consultations chez un ostéopathe 3 à 4 fois par an, la prise de plusieurs compléments alimentaires non remboursés (harpagophytum, oméga 3 et autres), l’application de baumes et d’huiles essentielles d’une efficacité assez douteuse, la pratique d’un régime sans gluten et la participation à des séjours d’hiver aux Caraïbes pour nager en eau tiède, je ne sais pas vraiment à combien estimer le coût de mon arthrose, sans oublier aussi les stages de yoga.
Au quotidien les rôles évoluent et mon mari s’occupe davantage des travaux de la maison et du ménage.

Ce qui est sûr c’est qu’il faut changer son alimentation et maigrir si nécessaire
Moi personnellement j’ai perdu 12 kgs pour alléger le poids sur mes genoux, il faut tenter de manger sans gluten quelques mois, pour voir, çà peut s’avérer très efficace.Il faut également continuer à marcher, nager et se trouver d’autres centres d’intérêts moins fatiguants que le sport par exemple.
Je reste moins longtemps devant mon ordinateur, je fais moins de sorties tardives ou de longs trajets d’une seule traite en voiture ou en transports par exemple.
Ce qui est frustrant aussi, c’est de ne pas pouvoir aider les copines quand elles déménagent ou de ne pas pouvoir porter de grands bébés trop longtemps.