Mise à jour le 13/01/2016, par Cédric - AFLAR

imprimer l'article

13 avr.

Ne tournez pas le dos à votre mal de dos.

photo de l'actualité

LE MAL DE DOS NE DOIT PLUS ETRE UNE FATALITE !

Initiée par AbbVie, en partenariat avec l’ALFLAR (Association Française de Lutte Antirhumatismale) et l’AFS (Association France Spondyloarthrites), la nouvelle édition de la campagne « Ne Lui Tournez Pas Le Dos » se dévoile sur le net à partir du 8 avril pour sensibiliser les jeunes sur les causes de leur mal de dos.
En parallèle, plus de 1 300 pharmacies se mobilisent pour apporter au grand public conseil et information sur le mal de dos.

Trop souvent banalisé, le mal de dos lorsqu’il dure depuis plus de 3 mois, peut fortement retentir sur le quoti- dien des personnes qui en souffrent, et entraîner un retard au diagnostic de plusieurs années si rien n’est fait. Or, même si dans la plupart des cas, le mal de dos est mécanique, il peut aussi être d’origine inflammatoire, lié à des maladies comme les spondyloarthrites, le rhumatisme psoriasique, etc...

UN VERITABLE ENJEU : IDENTIFIER LE MAL DE DOS INFLAMMATOIRE CHEZ LES JEUNES

Réduire le retard au diagnostic

Aujourd’hui, 1 personne sur 5 vit avec un mal de dos depuis au moins 3 mois1, ce qui est considéré par les spécialistes comme un mal de dos chronique2. Certaines personnes peuvent attendre jusqu’à 10 ans ou plus avant que leur mal de dos inflammatoire ne soit correctement identifié, ce qui entraîne des répercussions physiques, psychologiques et sociales.

Une récente enquête, réalisée par l’Institut de sondage Harris3 auprès de 4 000 européens souffrant d’un mal de dos chronique, révèle que 41% des personnes interrogées pensent que leur mal de dos disparaîtra sans intervention médicale. Une proportion similaire (44%) pense qu’il est préférable d’en traiter les symptômes plutôt que de consulter un médecin afin d’en déterminer la cause sous-jacente. Et pourtant, 59% de ces per- sonnes déclarent que leur mal de dos chronique les affecte au quotidien et 61% qu’il les fait se sentir plus vieilles qu’elles ne sont réellement.

S’informer dès l’apparition des premiers symptômes

Les premiers symptômes du mal de dos inflammatoire apparaissent généralement chez les adolescents et les jeunes adultes avant l’âge de 40 ans. Or, peu d’entre eux se préoccupent vraiment de ce mal persistant, pensant à tort qu’il va disparaître comme il est apparu, jusqu’à ce que les douleurs finissent par prendre le dessus dans leur vie personnelle, professionnelle ou étudiante.

Un questionnaire européen simple et rapide dans les pharmacies participantes ou sur le site www.neluitournezpasledos.fr

Il est primordial d’identifier les causes d’un mal de dos pour pouvoir les traiter rapidement, et éviter ainsi une errance au diagnostic qui peut avoir des répercussions irréversibles sur la qualité de vie du patient. Pour inciter les patients à prendre conscience que ce mal de dos n’est pas une fatalité, des experts européens spécialistes des douleurs dorsales ont élaboré un questionnaire simple et rapide, sur la base des recomman- dations internationales de l’ASAS (Assessment of SpondyloArthritis international Society).

5 questions ont été identifiées pour faire la différence entre le mal de dos mécanique et le mal de dos inflammatoire :

  1. Votre mal de dos a-t-il commencé lorsque vous aviez moins de 40 ans ?
  2. Votre mal de dos s’est-il développé progressivement ?
  3. Votre mal de dos s’améliore-t-il lors des mouvements ou des activités ?
  4. Remarquez-vous que le repos ne soulage pas votre mal de dos ?
  5. Souffrez-vous, durant la nuit, d’un mal de dos qui s’améliore après vous être levé(e) ?

Si au moins 4 questions sont répondues positivement, le mal de dos est susceptible d’être d’origine inflammatoire. Il est préférable d’aller consulter son médecin.

UNE CAMPAGNE SUR LA TOILE ET EN PHARMACIES…

La nouvelle édition « Ne Lui Tournez Pas Le Dos » sera articulée autour de 2 temps forts :

Une campagne digitale décalée pour sensibiliser les jeunes

Audacieuse, artistique, musicale et originale sont les maîtres-mots de la campagne qui sera lancée à partir du 8 avril 2015 sur Youtube, Facebook et Twitter pour interpeller et toucher un maximum de jeunes.
L’objectif : sensibiliser ceux qui tournent le dos à leur malde dos, à travers une vidéo décalée pour faire le buzz sur le web.
Plus d’information sur la page Facebook « Ne Lui Tournez Pas Le Dos ».


Plus de 1 300 pharmacies se mobilisent pour apporter au grand public conseil et information sur leur mal de dos

Après avoir reçu une information complète pour mieux comprendre et identifier l’origine du mal de dos, les pharmaciens pourront aider les personnes souffrant d’un mal de dos grâce à un dispositif pédagogique, validé avec des spécialistes des pathologies rhumatismales et les associations de patients.

Un Kit « Ne Lui Tournez Pas Le Dos » composé de brochures d’information donnant notamment des conseils sur la vie quotidienne (faire ses courses, les exercices physique à privilégier, partir en voyage...) sera également remis aux personnes souffrant d’un mal de dos inflammatoire. Grâce aux conseils et à l’écoute des pharmaciens, les personnes concernées pourront si besoin, être invitées, dans le respect du parcours de soins, à retourner voir leur médecin généraliste référent, leur rhumatologue ou à prendre contact avec les associations de patients : un soutien très utile pour ceux qui souhaitent être écoutés.

Les pharmacies participantes seront reconnaissables par une signalétique spécifique en vitrine.

... PARRAINEE PAR LE NAGEUR MULTI-MEDAILLE FABIEN GILOT !

Déjà parrain de la première édition, Fabien Gilot portera les messages de la campagne 2015. Très investi au sein de différentes actions visant à promouvoir l’intérêt de la pratique de la natation sur la santé et la qua- lité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques, il a été nommé Référent Sport Santé 2015 par la Fédération Française de Natation dans le cadre de son programme « Nagez Forme Santé ». Fabien Gilot a accepté de soutenir la campagne « Ne lui Tournez pas le Dos » afin de diffuser le message au plus grand nombre, et notamment aux plus jeunes.

A PROPOS DE LA CAMPAGNE NE LUI TOURNEZ PAS LE DOS

« Ne lui tournez pas le dos » est une initiative européenne démarrée en 2014 qui vise à sensibiliser le grand public au mal de dos inflammatoire et à optimiser la prise en charge des maladies qui en sont à l’origine. En encourageant les personnes atteintes de mal de dos à consulter leur médecin et à bénéficier d’un traite- ment adapté, l’objectif de « Ne lui tournez pas le dos » est de réduire l’impact physique et émotionnel et le risque de handicap, tout en améliorant la qualité de vie des personnes concernées.

LES PARTENAIRES :

L’initiative « Ne lui tournez pas le dos » est développée par AbbVie, avec le soutien des organisations et des associations de patients françaises telles que l’AFLAR et l’AFS, mais aussi européennes, ainsi que des spécialistes européens du mal de dos. Leur expertise et leurs conseils ont permis à cette initiative de voir le jour pour venir en aide aux personnes souffrant de mal de dos.