Swello F

Atteinte d’arthrose généralisée.

Mise à jour le 11/03/2015, par Lysianne - AFLAR

imprimer l'article

Photo de la personne qui témoigne

Swello F (59 ans)

Atteinte d’arthrose généralisée.

Arthrose généralisée

Handicap ou fatalité ? Comment vivez-vous votre arthrose ?
Je vis mon arthrose comme une punition et comme quelque chose de complètement injuste.Lorsque l’on voit des personnes âgées de 80 ans faire des marathons et des triathlons, alors que l’on n’a que 59 ans et qu’on n’est pas en capacité de faire ces types d’exercices, le sentiment d’injustice est énorme.

Quel est l’impact de votre arthrose sur vos activités de loisirs ?
En raison de l’arthrose, mes activités de loisirs sont très peu nombreuses. Même la marche quotidienne est un véritable effort. Il ne faut pas s’engager dans de longues descentes, les escaliers que nous montions allègrement auparavant sont un cauchemar, tenir un objet avec les doigts déformés relève de la prouesse… Enfin tout est différent et parfois humiliant, car il faut souvent demander de l’aide.

Qu’elles sont les conséquences de l’arthrose sur votre bien-être psychologique ?
Mon arthrose m’empêche de faire du sport, de marcher longtemps à cause d’un manque de souplesse dans mes mouvements, de ce fait, je me sens vieille et invalide avant l’heure.

Il faut absolument bouger, quoi qu’il en coûte !

Combien vous coûte votre arthrose ?
Mon arthrose me coûte entre 13 et 15 euros par mois. Je prends des oligo-éléments, de la chondroitine-glucosamine et de l’argile pour soulager mes douleurs.

L’arthrose nuit-elle à votre vie de couple ?
A l’heure actuelle, je suis seule, je n’ai plus de conjoint.

Quels conseils donneriez-vous à une personne qui commence à souffrir d’arthrose ?
De mieux s’alimenter, de faire des cures thermales et de la balnéothérapie.
De consulter des soignants et spécialistes à notre écoute, capables d’appliquer des soins et des traitements personnalisés.
En effet, il ne faut pas minimiser ce que disent les malades. Il faut au contraire écouter leur inconfort, adapter les mouvements aux douleurs et avoir de la compassion pour leur souffrance.