Une journée entièrement consacrée à l’arthrose

Mise à jour le 14/09/2018, par Christelle - AFLAR

imprimer l'article

Une journée entièrement consacrée à l’arthrose !
www.fondationarthrose.org
www.stop-arthrose.org

« L’arthrose : la prévenir pour mieux vieillir »

Le 17 septembre 2018 sera une journée mondiale dédiée entièrement à l’arthrose et soutenue en France par l’AFLAR : une occasion de parler de la maladie, de la prévenir et de briser certaines fausses croyances.

L’arthrose, c’est quoi exactement ? Est-ce-grave ?

« L’arthrose est une maladie des articulations qui progressivement se déforment. Elle est caractérisée par des douleurs aux mouvements et une raideur. On estime qu’en 2050, 315 millions d’humains de plus de 60 ans souffriront d’arthrose dans le monde et que, parmi ceux-ci, 105 millions présenteront un handicap sévère causé par cette maladie. En Belgique, 1,4 million de personnes seront touchées par cette maladie en 2050, en France elle touche 10 millions de Français soit 17% de la population avec un gradient décroissant du nord-est vers le sud-ouest correspondant à un gradient d’obésité identique constaté dès les années 80 et persistant en s’accentuant au cours des dernières années (1). 35% des patients déclarent souffrir d’arthrose avant l’âge de 40 ans (étude Stop Arthrose AFLAR) avec un impact important sur le moral et les gestes de la vie quotidienne. C’est énorme ! Les coûts engendrés par l’arthrose se calculent en milliards. L’arthrose a donc, un impact médico-économique majeur.

Avec 5 millions d’arrêts de travail en dix ans, c’est même la première cause d’invalidité des plus de 40 ans, la deuxième cause de consultation chez le généraliste (derrière les maladies cardiovasculaires) et un coût qui explose. Une étude publiée en 2014, montre que le coût annuel de prise en charge d’un patient par médecin généraliste est de 755 euros en 2010. Le coût direct du traitement de l’arthrose par an s’élèverait donc à 3,5 milliards d’euros pour la France (2,3). Il faut donc agir rapidement en informant notamment la population des conséquences de cette maladie. » explique le Professeur Yves Henrotin (ULiège), Président de la Fondation Arthrose.

Cependant le retour des patients est bien différent :

“J’ai de l’arthrose, on me dit que c’est normal, que je vieillis – que ce sont les rides de l’articulation, ni plus ni moins ! Il n’y a rien d’autre à faire que de souffrir dans son coin…” “Mon médecin ne considère pas que j’ai une maladie”, “Mon arthrose, personne ne veut s’en occuper”, “Je suis désespéré …”

Les causes de l’arthrose ?

La part génétique est de l’ordre de 60% pour la coxarthrose et l’arthrose digitale et 40% pour la gonarthrose. Les principaux facteurs de risque sont l’obésité, les traumatismes, les déformations (dysplasies et autres varus ou valgus), une faible activité physique est aussi considérée comme un facteur de risque dont la fréquence a augmenté de 20 % entre 2000 et 2013 (4).

Est-ce important de bien soigner l’arthrose ?

« Bien soigner l’arthrose, c’est améliorer la qualité de vie et la santé des séniors. On sait que l’arthrose est une cause de sédentarité, mais aussi un facteur de risque du diabète de type II et des maladies cardio-vasculaires. Plus précisément, vous avez plus de chance de mourir après un infarctus si vous êtes arthrosique ! Le risque de mortalité toutes causes chez les patients arthrosiques est plus important que dans la population générale avec un excès de mortalité (ou ratio standardisé de mortalité) SMR estimé à 1,55 (5). Soulager l’arthrose permet d’augmenter la mobilité et de prévenir l’apparition d’autres maladies liées au vieillissement » insiste le Professeur Henrotin.

Peut-on prévenir l’arthrose ?

« Un jeune homme de 18 ans en surcharge pondérale et avec un antécédent de traumatisme du genou (p.ex. contusion, entorse, fracture de rotule), a trois fois plus de chance de développer une arthrose du genou avant l’âge de 60 ans qu’une personne du même âge sans surpoids et sans antécédent traumatique. Ce constat ouvre des pistes pour la prévention de l’arthrose. Contrôler le poids des adolescents, bien soigner les traumatismes sportifs ou professionnels, informer sur les risques d’arthrose sont des mesures préventives » précise le Professeur Henrotin.

Existe-t-il de nouveaux traitements de l’arthrose ? Où en est la Recherche ?

« La Recherche est en marche avec l’arrivée dans un délai de 3 à 5 ans d’un biomédicament très prometteur, les anticorps anti NGF (NERF GROWTH FACTOR). Des espoirs sont donc permis pour les patients Français souffrant d’Arthrose » souligne le docteur Laurent Grange, Président de l’AFLAR, seule association en France défendant l’intérêt des patients arthrosiques et relayant en France cette journée mondiale crée par la fondation belge « Arthrose » .

Pourquoi une fondation contre l’arthrose ?

« La Fondation Arthrose a été créée en 2015 pour aider les patients arthrosiques et soutenir la recherche scientifique. Nous avons pour mission d’informer le grand public, mais aussi les professionnels de la santé sur les avancées scientifiques, d’aider les personnes qui souffrent d’arthrose (en organisant notamment des groupes de parole) et de collecter des fonds pour soutenir la recherche fondamentale. En 2017, nous avons organisé la toute première Journée Mondiale de l’Arthrose à Liège. Cette manifestation a rassemblé un millier de participants ce qui montre que les personnes se sentent concernées. Nous avons également donné plus de 10 conférences au travers desquelles nous avons pu mieux informer le public et distribué 18.000 euros en prix et bourses pour faire avancer la recherche. » décrit Madame Mathy, administratrice déléguée de la Fondation Arthrose.

Quels sont les projets de la Fondation ?

« Nous allons mettre en place des nouveaux groupes de parole afin d’aider les personnes confrontées aux douleurs de l’arthrose à partager leur expérience et surmonter leurs difficultés. Nous allons également programmer des mini-conférences à thème, suivies d’une mise en pratique (par exemple « Penser différemment pour mieux vivre sa douleur » ou encore « La nutrition au secours des articulations »). Nous aimerions aussi développer un programme d’activités physiques spécialement conçu pour les personnes souffrant d’arthrose et adapté à tous, sous la supervision de spécialistes. Afin de mieux comprendre leur histoire, leurs symptômes mais aussi leurs idées et sentiments sur la maladie, la Fondation Arthrose aimerait également lancer une grande enquête sur la population belge (via internet, les réseaux sociaux et un courrier papier). Enfin, nous allons donner à la Journée Mondiale de l’Arthrose une dimension plus importante, en multipliant les activités de prévention, les conférences, les rencontres… » conclut Céline Mathy.

Comment soutenir la fondation ?

« Vous pouvez soutenir nos actions en versant un don sur le compte BE38 0017 6370 0072 (BIC SWIFT GEBABEBB). Chaque don, même petit, est un pas en plus vers la guérison ! Nous sommes également à la recherche de bénévoles pour organiser des collectes de fonds et nous aider sur le plan logistique (faire connaître la Fondation et ses actions, distribuer des documents, réaliser des traductions…) » ajoute Céline Mathy.
En France nous relayons cette journée mondiale en permettant au public de répondre à leur question.

Notre équipe de l’AFLAR sera disponible le lundi 17 SEPTEMBRE 2018 de 9h à 17H pour répondre par téléphone aux interrogations des Français sur cette vraie maladie.
Allo Rhumatisme 0810 42 02 42 (service 0.06 €/min + prix d’un appel)

Contacts presse Pour la Belgique
Pr Yves Henrotin, Président et Fondateur
yhenrotin@ulg.ac.be - 0475/84 14 61

Céline Mathy, Administratrice déléguée et co-fondatrice
admin@fondationarthrose.org - 0498/68 08 41

Contacts presse Pour la France :
l’AFLAR relaye et soutient cette initiative

La Fondation Arthrose a été créée en 2015 pour soutenir la recherche fondamentale, organizer des campagnes d’information et de sensibilisation et défendre les intérêts des patients auprès des instances compétentes en matière de santé.
www.fondationarthrose.org