Lignes infos écoute
Allo
Ostéoporose
0 810 43 03 43
Rhumatismes
0 810 42 02 42
Mal au dos
0 810 44 04 44
Allo Sapho
0 810 42 02 42
Certaines solutions douces ont une efficacité prouvée sur la protection des articulations et peuvent limiter le recours aux traitements plus agressifs. Le point avec le Dr Laurent Grange, rhumatologue . 
PAR.ANNE ROUSSEAU

 

Lorsque monter des escaliers ou tourner une clé dans la serrure devient difficile et douloureux en raison d’une arthrose du genou ou de la main, c’est que l’in­flammation qui touche ces articulations évolue déjà depuis des années. S’ensuit une dégradation du cartilage, qui assure le glissement des os entre eux et amortît les pressions puis, inévita­blement, une destruction de toute l’articulation. Les parties du corps les plus touchées ? Celles qui subissent le plus de contraintes et de trauma­tismes répétés (mauvaise posture, chocs … ) : la colonne vertébrale, le genou, les doigts (pouce) et, à un degré moindre, la hanche. A l’heure actuelle, il n’existe aucun traitement permettant de guérir l’arthrose. Si les anti-inflammatoires et les injections intra-articulaires de corticoïdes ou d’acide hyaluronique soulagent la douleur, ils ne freinent néanmoins pas la dégradation du cartilage. Et il arrive que leur efficacité s’ame­nuise avec le temps. Mais d’autres solutions, moins connues, peuvent aussi avoir un effet bénéfique. « Lorsqu’elles sont prises individuel­lement, leur action reste modeste. Mais, utilisées conjointement, elles permettent de mieux contrôler la maladie et de limiter le recours aux traitements plus agressifs », indique le Dr Grange. Présentation.

 

PARTICIPEZ À LA RECHERCHE : Vous souffrez d’arthrose : un peu, beaucoup … Dons tous les cos, vous pouvez répondre à la grande enquête Stop arthrose. Objectif? Permettre aux spécialistes de mieux connaitre l’impact de la maladie sur votre vie quotidienne, afin d’améliorer la prise en charge. stop-arthrose.org.

 

LES ANTI-INFLAMMATOIRES LOCAUX
pour calmer la douleur

Ils sont administrés en gel (Voltaren Emulgel, AdvilMed Gel. .. ) ou en patch pour le genou (Flector Tissugel EP, VoltarenPlast. .. ).

QUEL INTÉRÊT ? Ils sont capables d’atteindre les articulations superficielles à des concentrations suffisantes tout en étant peu absorbés dans la circulation sanguine. Dbù leur efficacité pour soulager les douleurs touchant les genoux ou lès mains, sans les inconvénients des anti-inflammatoires oraux (brûlures d’estomac … ).

EN PRATIQUE On les réserve aux poussées douloureuses durant une ou deux semaines au maximum pour éviter les effets indésirables liés au passage du médi­cament dans le sang, possible lors d’une utilisation prolongée. « On peut les combiner à des applications de froid à l’action anesthésiante et anti-œdémateuse, intéressante lorsque l’articulation est gonflée », suggère le D’ Grange.

VIVE LES CURES THERMALES !

Elles ont une action reconnue dans l’arthrose, pas uniquement liée aux
séances d’hydromassage ou d’application de boues à effet antalgique. Des ateliers sont organisés pour apprendre les gestes et les postures qui permettent de préserver ses articulations et ceux qu’il faut éviter

DE L’ACTIVITÉ PHYSIQUE
pour renforcer le cartilage

Se mettre au repos dès que lon souffre d’arthrose n’est pas forcément un bon réflexe.« C’est conseillé lorsque l’articulation est douloureuse et gonflée, explique le D’ Grange. Mais, dès lors que la douleur ses­tompe, le mouvement redevient primordial. »

QUEL INTÉRÊT? « Quand on bouge, le liquide présent dans l’articula­tion se régénère, un peu à la façon d’une éponge que l’on presse », poursuit le spécialiste. Le cartilage est ainsi mieux nourri et oxygéné, les muscles sont plus toniques et, finalement, !ensemble de l’articula­tion est mieux protégé ! « Pratiquer un exercice physique régulier est, à l’heure actuelle, avec la correction d’un surpoids, l’un des meilleurs moyens de contrôler l’arthrose. »

EN PRATIQUE Bouger en douceur, sans déclencher l’apparition ou l’aggravation de la douleur. La marche est l’activité la plus simple et la plus économique à planifier. « A titre indicatif, six mille pas par jour permettraient, selon certaines études, de limiter le risque de progression de l’arthrose du genou», précise le D’ Grange. Prime-à la régularité Il est plus utile de bouger un peu tous les jours que de fournir un effort intense une ou deux fois par semaine. D’où l’impor­tance de choisir une activité qui plaît. « Aucun sport n’est vraiment contre-indiqué s’il est bien maîtrisé et adapté à ses capacités physiques », note le D’ Grange. Surtout, on ne force jamais en cas de douleur !
Si le tennis ou le jogging réveille votre arthrose du genou, tournez­-vous vers la natation, par exemple. Bon à savoir En cas d’arthrose des doigts ou du pouce, des exercices quotidiens avec une balle en mousse sont particulièrement recommandés.

DES ORTHÈSES
pour soulager les contraintes

Moins connues que les genouillères, les orthèses du pouce ou des doigts sont parfois réalisées sur mesure. Elles se positionnent uniquement sur les doigts ou englobent le poignet et se prolongent vers l’articulation. Certaines sont souples et d’autres rigides, pour immobiliser l’articulation dans une position qui soulage la douleur

QUEL INTÉRÊT ? Loin d’être des gadgets, ces accessoires de maintien permettent de stabiliser l’articulation et/ou de moins la solliciter. Remboursés en partie sur prescription médicale, ils s’utilisent sans modération. Les genouillères sont parti­culièrement utiles pour atténuer la dou­leur lors de la reprise de la marche ou du sport après une poussée douloureuse.

EN PRATIQUE En cas d’arthrose du genou, on porte la genouillère chaque fois que le besoin sen fait sentir. « Il rî.y a pas de risque – notamment de fonte musculaire – en cas de port quotidien pendant plusieurs jours », rassure le D’ Grange. En complément, le port de chaussures confortables à semelles épaisses est indispensable pour amortir les contraintes mécaniques sherçant à chaque pas. En cas d’arthrose de la main, les orthèses souples se portent dans la journée. Sans entraver la mobi­lité de l’articulation, elles exercent un rappel de posture qui limite les mouve­ments « à risque »: Les orthèses rigides se mettent lors de poussées doulou­reuses, mais aussi pour lutter contre l’enraidissement A porter la nuit – et, si on le souhaite, dans la journée -, elles ont prouvé leur efficacité à condition d’être employées tous les jours durant au moins trois semaines. Bon à savoir Tout comme une orthèse, la canne per­met de décharger l’articulation d’une partie du poids. A tenir du côté opposé de la hanche ou du genou douloureux.

LES ANTIARTHROSIQUES D’ACTION LENTE
pour gagner en souplesse

Plus connus en médecine sous l’acronyme Aasal (antiarthrosiques symptomatiques d’action lente), ils regroupent des molécules qui exercent leurs bénéfices après plu­sieurs semaines. n s’agit plus précisément des extraits de soja et d’avocat (Piascle­dine) et de deux molécules entrant dans la composition du cartilage :la glucosamine (Structoflex, Dolenio, Flexea … ) et la chondroïtine (Chondrosulf, Structura … ).

QUEL INTÉRÊT ? Disponibles sans ordonnance, ces médicaments ont été dérem­boursés en 2015, faute d’avoir prouvé une efficacité suffisante. « Il est vrai qu’ils rî.ont pas ou peu deffets sur la dégradation du cartilage. Mais, chez certains patients, ils diminuent la douleur et la raideur articulaire, ce qui aide au long cours à limiter la prise d’anti-inflammatoires >►, constate le D’ Grange. Comme ces produits sont bien tolérés, de nombreux experts conseillent de les essayer en cas d’arthrose de la hanche ou du genou (ils ont été spécifiquement étudiés pour ces deux localisations) et celle de la main. Les résultats sont meilleurs dans les arthroses débutantes.
A noter La glucosamine et/ou de la chondroïtine se retrouvent aussi dans certains compléments alimentaires ( Chondrostéo+, Chondro-Aid Arkoflex, Physiomance Articulation, Artrobiol Plus … ) à des doses inférieures aux médicaments.

EN PRATIQUE Plusieurs semaines de prise régulière sont nécessaires pour consta­ter un bénéfice. On teste une molécule pendant six à huit semaines, en sachant que la glucosamine et la chondroïtine s’utilisent avec prudence en cas de diabète, d’asthme ou de prise d’un traitement a,nticoagulant. Par ailleurs, la glucosamine est contre-indiquée en cas d’allergie aux crustacés. Si Ibn constate une amélioration, on poursuit les prises au long cours « en faisant une pause de deux mois dans l’année, compte tenu des effets rémanents », conseille le spécialiste.

LE CONTRÔLE DU POIDS, UN ATOUT. .. DE TAILLE !

C'est bien connu, l'excès de poids favorise et aggrave l'arthrose du genou et de la hanche mais, plus étonnant, il augmente aussi le risque d'arthrose des doigts. Ce lien s'explique par le fait que le tissu graisseux produit des substances, les adipokines, qui induisent un stress inflammatoire délétère pour l'articulation. La bonne nouvelle ? Il est prouvé que la perte de poids réduit la progression et la douleur de l'arthrose. Un défi qui vaut la peine d'être relevé ..

 

LA CAPSAÏCINE
pour chauffer l’articulation

Ce composant des piments agit en provoquant une sensation de chaleur transitoire, puis en diminuant la sensibilité des récepteurs à la douleur.

QUEL INTÉRÊT ? La capsaïcine est une alternative aux anti­inflammatoires lorsqu’ils pro­voquent des allergies ou ne soulagent pas assez. Elle s’utilise aussi en cas d’enraidissement de l’articulation. Plusieurs études montrent un effet bénéfique sur les douleurs d’arthrose, à une concentration inférieure à 1 %. « A cette dose, la capsaïcine n’est disponible que sous la forme de préparations magistrales prescrites par le médecin et réalisées par le pharmacien, et dans le gel Capsaïne [ disponible en pharmacie sans ordon­nance]», précise le D’ Grange.
EN PRATIQUE Plusieurs jours, voire plusieurs semaines, de traitement sont nécessaires pour que la capsaïcine soit pleine­ment bénéfique. Les sensations d’irritation et d’échauffement possibles en début d’application s’estompent avec le temps.

 

Ces articles pourraient vous intéresser

Allo écoute AFLAR
Allo Ostéoporose
0 810 43 03 43
Allo Rhumatismes
0 810 42 02 42
Allo Mal au dos
0 810 44 04 44
Allo Sapho
0 810 42 02 42