Observatoire National Des médicaments Biosimilaires

Un outil utile et innovant - La parole est aux patients.

Mise à jour le 25/03/2021, par Pascal (Dev.)

imprimer l'article

Grâce à l’évolution des biotechnologies, les biomédicaments, issus d’une source biologique (cellule, levure, bactérie) sont considérés comme une avancée thérapeutique majeure. Ils ont déjà considérablement accru la qualité et l’espérance de vie de nombreux patients dans le monde. Aujourd’hui ces thérapies ciblées ont des indications dans toutes les aires thérapeutiques : diabète, maladies inflammatoires, oncologie…


Depuis plusieurs années, les brevets de médicaments biologiques sont tombés dans le domaine public ce qui a permis aux médicaments biosimilaires de voir le jour et nous donne aujourd’hui un large recul sur leur utilisation. Leur marché, en France, s’est développé ces dernières années très rapidement, notamment à l’hôpital sous l’impulsion législative. Les ventes de biosimilaires ont bondi de 50% entre 2018 et 2019 et représentent désormais 34% des médicaments biologiques. Toutefois, leur pénétration en ville reste faible, très loin de l’objectif fixé par les pouvoirs publics dans la Stratégie Nationale de Santé, visant à atteindre, dès 2022, 80% de pénétration des biosimilaires sur leur marché de référence en France.

L’Observatoire National des Biosimilaires a pour objectif principal, en toute indépendance, de porter la voix des patients et de collecter des informations issues des parcours de vie des patients sous traitements biosimilaires, quelques soient leurs pathologies : maladies inflammatoires, oncologie, diabète…, l’ONB a la volonté d’être un outil évolutif grâce à des regards croisés et des actions patients telles que coconstruire une plateforme et une médiathèque et travailler avec des outils dédiés aux biosimilaires dans le champ des attentes et des besoins des patients sur leur parcours et de l’expérience patient.

Les associations AFA Crohn RCH France, AFLAR et Patients en réseaux ont souhaité mettre en place dès la création de l’ONB une enquête flash ayant pour ambition de collecter de premières données sur la connaissance des patients vis-à-vis des biosimilaires, le vécu de leur parcours de soin en ville et à l’hôpital et leurs attentes vis-à-vis des professionnels de santé sur ces traitements.

Première action de l’Observatoire national biosimilaires : l’enquête flash et ses premiers résultats

Une large majorité des répondants traités pour une pathologie chronique. Ce sont sans doute ceux qui connaissent le mieux leur traitement + la plupart des biosimilaires aujourd’hui sur le marché sont prescrits dans des pathologies chroniques. Un sujet à creuser pour la suite : quid des attentes vis-à-vis des biosimilaires dans les pathologies aigues ? On peut s’attendre à des similitudes mais aussi des différences d’approche importantes. Plus de 73% ont entre 20 et 50 ans. Donc une population plutôt jeune, dont les besoins, les attentes, le mode d’information et le degré de connaissance évoluent.

52% des répondants ont été diagnostiqués dans 3 dernières années et 67% ont eu leur première prescription de biothérapie dans les 3 dernières années = un recours aux biothérapies en première intention qui s’intensifie ? Seulement 37% des répondants membres d’une association de patients = objectivité par rapport aux instigateurs de l’étude.

PNG - 71.4 ko

Près du quart des répondants sont suivis à la fois à l’hôpital et en ville = cela souligne l’importance d’un parcours de soins transverse et de la coordination ville/hôpital. 70% savent ce qu’est un biomédicament mais seulement 50% savent ce qu’est un biosimilaire = un important effort de pédagogie reste à faire. 77% des patients switchés à l’hôpital avaient été informés du changement (par le médecin généralement) mais cela laisse près du quart qui n’a pas du tout été informé du changement de traitement : c’est encore beaucoup trop.
Lorsque les patients recherchent par eux-mêmes des informations sur internet, ils continuent à se tourner en grande partie vers les sites des associations de patients.

Parmi ces patients switchés, les arguments auxquels ils sont les plus sensibles sont la coordination entre les professionnels de soins à l’hôpital et en ville, jugée satisfaisante par 58% des répondants, ce qui laisse un peu plus de 40% qui ne sont pas satisfaits. Il y a d’importants progrès à faire à ce sujet.

En ville, quelles sont les informations attendues par les patients pour coconstruire la trame d’un entretien pharmaceutique pour l’accompagner avec sa biothérapie ? Une attente forte d’accompagnement par le pharmacien officinal : près de 80%.... Avec notamment des attentes importantes en matière d’amélioration des informations données sur e traitement et la vie quotidienne avec celui-ci (+50%) et des conditions d’accueil (temps et espace dédié = +33%), et dans l’avenir, en cas d’un changement d’une biothérapie par un biosimilaire à l’officine, les patients aimeraient avoir ce type d’informations, 38% informations sur la vie quotidienne avec le traitement, 25% informations sur la similarité en termes d’efficacité et de tolérance, 24% information sur l’utilisation du produit et son mode d’administration.

Ceci nous indique clairement qu’il faut des outils (de suivi) et des savoirs (formation) à la fois à l’hôpital (qui est encore souvent l’interlocuteur initial) mais aussi désormais à la ville, qui a été un peu délaissée jusque-là mais qui doit maintenant faire l’objet d’un éclairage particulier puisque de plus en plus de produits sont délivrés par le binôme de ville médecin/pharmacien. La coordination entre professionnels et entre ville et hôpital est donc cruciale pour assurer l’adhésion au traitement ainsi que la présentation par les patients de leurs attentes et besoins. En ville on constate une attente forte des patients pour renforcer le rôle du pharmacien dans l’accompagnement et le parcours de soin, à certaines conditions. Cela nécessite de permettre au pharmacien de répondre aux attentes en matière d’information notamment, sur la vie quotidienne avec le traitement, son utilisation et la similarité entre le biosimilaire et son produit de référence. Informer- rassurer = favoriser l’adhésion au traitement, ce qui représente des paramètres essentiels dans le parcours de soins des maladies chroniques telles que les maladies rhumatismales en ambulatoire.

Les enseignements de cette enquête flash, amène désormais l’Observatoire National des Biosimilaires à poursuivre ses actions pour :

  • Faire émerger les besoins et les attentes tout au long du parcours de vie notamment en ville en facilitant les regards croisés avec les professionnels de santé, dont les pharmaciens d’officine, en s’appuyant sur l’expérience patient.
  • Être un relais d’information sur les médicaments biosimilaires sur les pathologies concernées pour les patients et les professionnels de santé
  • Faire progresser les connaissances concernant les Biosimilaires en vie réelle en s’appuyant sur les témoignages et des enquêtes régulières auprès des communautés associatives des patients
  • Inventorier tous les documents explicatifs sur les traitements biosimilaires (base documentaire docs, films, …)

L’Observatoire National des Biosimilaires souhaite inscrire ses futures actions dans le temps. Le comité de pilotage a proposé ces 3 axes :

  • Déploiement du site internet www.observatoiredesbiosimilaires.fr
  • Organisation des échanges avec les professionnels de santé pour proposer des améliorations dans les parcours en ville et à l’hôpital
  • Mise en place une enquête nationale annuelle sur les attentes et ressentis des patients

Les associations AFA Crohn RCH France, AFLAR et Patients en réseaux pionnières dans la mise en place de l’Observatoire National des Biosimilaires souhaitent désormais explorer les réflexions et les travaux de manière large, pour que l’ONB soit à l’écoute des ressentis et attentes de tous les patients concernés.

Documentation exclusive AFLAR - Réservée aux abonnés

Vous pourrez découvrir ci-contre une documentation spécifique et exclusivement réservé aux membres de l’AFLAR

Identifiez-vous (ci-contre) ou abonnez-vous pour avoir accès à cette partie !